Manufacture d'internet

Afficher les images
Afficher les images
Afficher les images
Afficher les images

Reset

Merci à toutes celles et ceux qui nous ont fait cadeau de leur présence !

Merci à toutes celles et ceux qui nous ont fait cadeau de leur présence !

Le glyphosate est partout !
Dans nos champs bien sûr, mais aussi dans nos assiettes, dans nos cellules et surtout dans nos idées. Pour gagner en efficacité et en rendement, nous avons propagé l’herbicide jusque dans nos têtes. Je suis persuadé que tous les Google, Facebook et autres prêt-à-penser du net sont les puissants herbicides d’une pensée personnelle et intime, anesthésiant toute initiative et toute approche d’une sensibilité propre.

Cet été, isolé pendant plusieurs semaines de toute source d’information occidentale, j’ai été très choqué à mon retour en regardant une chaîne d’information en continu faisant l’apologie permanente du néolibéralisme à la française. Pas un reportage ou une image qui ne chante les vertus de l’entreprise, de l’initiative et de la réussite individuelle. Ma parole, est-ce Monsanto qui finance toutes les chaînes d’information en continu du monde entier ? On l’a déjà oublié, mais l’une des premières revendications de Nuit Debout était de les supprimer. Trop d’info tue l’info. Comme dans nos supermarchés où l’on peut trouver un rayon entier de lessive ou de dentifrice… À quoi sert tout ce trop ? Il y a longtemps, je pense, que le citoyen consommateur n’est plus en mesure de choisir quoique que ce soit.
Il y a longtemps aussi que la loi de la main invisible qui est censée régir l’équilibre de l’offre et de la demande est une main de fer dans un gant de velours.
Même si c’est un peu plus cher, j’irai toujours chez mon petit commerçant au coin de la rue, plutôt qu’au supermarket de l’avenue.

Mais vous m’avez vu venir? Oui ? Vous avez gagné un abonnement annuel à la Nef ! Le petit marchand du quartier, c’est nous : au 20 rue Rouget de Lisle.
Merci du fond du cœur à toutes celles et ceux qui nous ont fait cadeau de leur présence et de leurs talents pour fêter les dix ans de notre Fabrique d’utopies ! Louis et sa bande, Sarah, Serge et ses profiteroles, Pascale et Rosie, Carole, Nawelle, Cécile, Claire, Le Rêve Mobile, La Collective, Fabrice, Victoria, sans oublier Jos Houben qui a magnifiquement clôt le ban ! C’est bien eux et vous public qui nous donnez la rage de faire un pas de côté de plus en plus grand et ample, la rage de décroiser, de déréguler et de défroisser ce monde non vertueux et si speed.
Merci aussi aux tutelles de nous soutenir et nous aider à tracer cette longue route.

Depuis 1945, nous sommes à présent plusieurs générations à ne pas avoir connu de guerre. Cependant, nous nous acheminons tout doucement mais sûrement vers une nouvelle lutte des classes entre les pauvres et les riches , le sud et le nord, les nomades et les sédentaires, les ignorants et les cultivés… que nenni ! L’entre soi et la gentrification sont des glyphosates extrêmement dangereux. Il faut les combattre, et c’est pourquoi cher ami militant engagé, je n’aurais de cesse de t’inviter chez nous, découvrir ce mois-ci par exemple la création de Claire Heggen : Aeterna, Le Doux, le caché, le ravissement de Puce Muse et la Nef, les rencontres savantes de QuiManipuleQui? et les délires du Kabaret Pop. Que demander de plus ? Camarade, c’est ainsi que l’humain qui vit en moi se sent militant !