Interviews

Appel à tes mains

COMPAGNIE LA NEF

  • 24
    26
    Septembre 19

Interviews

COMPAGNIE LA NEF

Jean-Louis Heckel mènera ses interviews à l’Espace Festival du Festival Mondial de Charleville du 24 au 26 septmebre de 13h à 16h. Inscription pour participer : contact@la-nef.org
Durée d’une interview : 15-20 min

FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTE du 24 au 26 septembre 2019


L’Appel à tes mains est un dispositif d’interviews de mains filmés. Né suite à la création de la compagnie La Nef, La Grande Clameur, il a été mis en place dans le prolongement de ses questionnements autour du travail et des travailleurs d’hier et d’aujourd’hui. Avec l’Appel à tes mains la compagnie poursuit sur de nouveaux territoires son enquête sur le travail.
Par les interviews mais aussi dans le cadre d’ateliers de reformulation plastique ou théâtral, le dispositif propose aux habitants d’une ville de témoigner, de se raconter et de se réinventer au travers de leurs mains. Il restitue sous la forme de films courts la mémoire, les rêves, le présent, de travailleurs, actifs, anciens ou à venir.

Note d’intention

Durant 15 à 20 minutes, raconter l’histoire de ses mains est un moment privilégié d’arrêt sur image dans la course folle de nos vies trépidantes. Comme son nom l’indique l’Appel à tes mains cherche les traces, les indices, les témoignages. Il veut reconstituer pour résoudre une énigme, l’énigme des secrets, des mystères enfouis de la personne interviewée qui prend en main sa destinée et déroule grâce à ses mains le fil de sa vie.
Il ne s’agit pas d’une analyse psychologique mais d’un jeu où la personne accepte que ses mains mises en scène racontent ce qu’elles ont manipulé, ce que ses doigts ont fabriqué. “Nous sommes nos mains et pendant une vingtaine de minutes, elles deviennent des marionnettes qui interprètent nos peines, nos joies, nos expériences, nos victoires, nos défaites, nos exploits.”
Le montage de ces captations a pour but de retrouver le fil et reprendre par la main nos vies emmêlées. À mains nues retrouver une prise, un bout de la pelote. Réaliser qu’on est unique, et qu’on a devant nous un chef d’oeuvre à accomplir, un exploit à réaliser.

Jean-Louis Heckel