Spectacle

Carte blanche à Jos Houben

Jos Houben et PÉBROC THEATRE

  • 06
    Mars 20

Spectacle

Jos Houben et PÉBROC THEATRE

Vendredi 6 mars à 19h

Public : Tout public à partir de 15 ans
Durée : 1h45 avec entracte
Tarifs : 10€ / 7€ / 3€

» RESERVEZ EN LIGNE

Jeu interprétation : Marc Frémond et Jos Houben
Production, aides et soutiens : Compagnie RIMA

Théâtre
Jos Houben entend faire écho à Samuel Beckett à travers deux écritures : ”L ‘Acteur” de Hélène Révay que Jos interprétera et ”N’Empêche !” de Marc Frémond que Marc interprétera.
Ces présentations parallèles renvoient aux questions essentielles de Beckett mais aussi à l’incarnation. Le corps, ce merveilleux outil émergeant du rien et de la boue qui donne peut-être un sens à nos existences.

La soirée en deux temps comprendra deux solos interprétés par deux humains : un grand type bien découpé et un autre plus flou, disons enveloppé. Le papier qui leur sert de support et les mots qu’ils prononceront n’ont pas été posés là par hasard… Ils sont là pour évoquer simplement un questionnement très humain si on s’arrête deux secondes : qu’est-ce qu’on fout là ?

N’EMPECHE
La carte Blanche de Jos Houben est un projet particulier réunissant deux textes philosophiques et burlesques  :
«  L’acteur » d’une jeune auteure, Hélène Révay, interprété par Jos et « N’empêche ! », soliloque écrit par moi-même. Le cousinage de ces deux textes côtoyant les problématiques de Samuel Beckett mettra en relief de manière fort distanciée, la petitesse de l’humain face à ces questionnements : que fait-on ici d’original qui mériterait d’être exprimé ? Et en contre-point dans « N’empêche  ! », l’incarnation d’un homme disponible à l’instant présent dans un quotidien simplifié . La juxtaposition de ces deux interprétations, mettra en valeur la richesse du véhicule qui met ces textes en mouvement  : le corps  ! Ce corps, enveloppe tangible qui nous conduit de vie à trépas en traversant un territoire de sensations , d’impressions, de tensions, de relâchements, d’explosions, de fusions qui ne demandent qu’à s’exprimer. Ce corps , comme un livre où tout s’inscrit au fur et à mesure et qui s’ ouvre pour raconter une histoire à qui veut bien emprunter le chemin particulier qui mène de la théorie à la pratique, de l’abstrait au concret , du cérébral au mouvement. Une manière de sanctifier la vie , de faire un pied de nez au grand «vide » de Beckett avec le rire en toile de fond… L’ironie, le décalage entre l’importance que chacun peut donner à son parcours et le dérisoire évident de nos existences.
Marc Frémond

L’ACTEUR
Devenir acteur. Le temps d’une représentation, avoir le premier rôle. Le temps d’une représentation, être acteur de sa vie.
C’est le portrait d’un homme de coulisses. De celui qui n’arrive jamais à entrer en scène, de celui qui est constamment plongé dans l’incertitude. Entre irrésolution et désir de parler, tortures métaphysiques et volonté de s’affirmer en tant qu’individu, le personnage se débat aves ses lacunes, ses interdits, ou tout bonnement avec un idéal de perfection.
Se mettre en scène, monologuer à « coups de marteau » devant un public, devant d’autres personnes que lui-même, semble alors une bonne manière d’exister. Car regardé, on est moins seul… En témoigne les paroles que l’unique personnage de cette pièce emprunte à Berkeley : « être, c’est être perçu ».
Ainsi, épuiser son être et son discours jusqu’à l’ultime certitude : celle d’être un laboratoire de recherches à partir duquel tout finit, puis recommence …

Un homme. Une scène. Une table. Une chaise. Une pensée arriérée ? L’espace vide, autant matériel que psychique. Tourner en rond, faire un pas en avant puis un pas en arrière, revenir sur ses propos, se jouer de soi-même comme des autres… Rien de comique. Rien de tragique. Ni l’un, ni l’autre. Mais quoi, alors ? Quel est cet homme ? Que nous « veut » t-il véritablement ? Vers qui tourne-t-il son regard comme sa pensée ? Vers quelle solitude amusée engendre-t-il du « néant » le probable ? Figure de Don Quichotte ? Diable ? Bouffon ? Prophète en son pays ? Tout est là pour flouter la frontière entre la scène et le public, entre le monologue et le dialogue, entre la vie et ses coulisses. Mouvement de l’inertie. Inertie du mouvement. Insatiable poussée verbale. Dans ce flux incessant qui va de l’ironie à l’autocritique, de la colère à la douceur, de la malice à la bonté… Sur le fil, toujours en instance de… jamais rassasié de mots, l’acteur sera toujours « Acteur » au moment de la chute des illusions comme de la levée des masques.

Hélène Révay

Née en 1987 à Paris, Hélène Révay suit des études de philosophie et de lettres à La Sorbonne et obtient une Licence de philosophie ainsi qu’un Master de Lettres. Son mémoire portait sur la poésie de Samuel Beckett et plus particulièrement sur les recueils Poèmes suivi de mirlitonnades et Peste soit de l’horoscope et autres poèmes. En 2013 elle commence à publier ses premiers poèmes en revues ainsi qu’un premier recueil, L’écaille de la nuit paru en 2015 chez Recours au poèmes éditeurs. Son second recueil, Poèmes sous-vide paraît en avril 2019 aux éditions Unicité. Ces deux recueils sont tous deux bien accueillis et salués par les lecteurs et la critique. Hélène Révay écrit également du théâtre ( Rhapsodie pour un autre monde, Les Bannis ( petit drame en un acte ).
Sa première pièce L’Acteur écrite en 2014, a fait l’objet d’une lecture au théâtre des Bouffes du Nord en juin 2017 et prochainement au théâtre du Lucernaire en novembre 2019. L’Acteur sera joué pour la première fois à La Nef-Manufacture d’utopies, direction Jean-Louis Heckel début mars 2020.

MARC FREMONT
Marc Frémond a été élève de Jacques Lecoq en 1980 / 82. Son premier spectacle « Camisole »„ a reçu le prix du meilleur spectacle au festival de Liège.Puis « Bufo Bufo » a été créé au théâtre des Deux Rives à Rouen, et repris à Bruxelles.
Quatre de ses pièces sont éditées à l’Avant-Scène Théâtre . Il a donné des extraits de son Bestiaire Passages à l’Olympia dans le cadre des lundis du rire aux côté d’Albert Dupontel.
Entre 2013 et 2017, il a crée un triptyque « épique ou rien ». N’empêche ! en est le troisième volet.
Cette saison , il participe en tant qu’acteur à « la petite messe de Rossini » mise en scène par Emily Wilson et Jos Houben.

Jos Houben

Membre original de Complicité, il joue et collabore à la création du célèbre A Minute Too Late, qui bouleverse en 1985 le paysage théâtral de la Grande Bretagne. Avec la compagnie, il collabore à un grand nombre d’autres projets à succès. En France en tant que comédien Jos Houben a collaboré régulièrement avec le compositeur contemporain Georges Aperghis, notamment sur Commentaires (Paris/Avignon 1996), Zwielicht (Munich1999) et Paysage sous Surveillance (Bruxelles 2003). En 2008, il est l’un des interprètes de Fragments d’après Samuel Beckett mis en scène par Peter Brook. En 2018, en tandem avec Emily Wilson, Jos met en scène La Princesse Légère, nouvel opéra de Violeta Cruz à l’Opéra de Lille et à l’Opéra Comique. Son célèbre one-man show, L’Art du rire, tourne dans le monde entier depuis plusieurs années.