Etape de travail

1000 et une chose-s-

IXTLAN

  • 28
    29
    Mai 20

Etape de travail

IXTLAN

Jeudi 28 mai à 19h vendredi 29 mai à 11h
Public : Tout public à partir de 12 ans
Durée : 40 mn
Tarifs : Entrée libre

» RESERVEZ EN LIGNE

Conception : Lydie Marsan
Jeu interprétation : Ruth Aguirre et Lydie Marsan
Regard extérieur et collaboration artistique : Claire Vialon
Régie vidéo et collaboration artistique : Juliette Rudent-Gili
Production, aides et soutiens :Théâtre du Fil de l’Eau, Collectif 12, Théâtre de la Girandole, Espace Périphérique, la Nef-Manufacture d’Utopies, Théâtre de la Colline, La Revue Eclair, Tohu-Bohu Théâtre

Théâtre d’objets
1000 et une chose(s) est un projet de création sur la question des personnes exilées, réfugiées, migrantes. Il s’inscrit dans la continuité de près de deux années d’ateliers de théâtre d’objets menés avec de telles personnes, ateliers de mise en récits d’histoires personnelles, sur la thématique des objets qui les accompagnent.

Depuis presque deux ans, on travaille dans des cycles d’ateliers de théâtre d’objets avec des groupes de personnes migrantes. On choisit ensemble des thèmes : la famille, la nourriture, le travail… On cherche avec le groupe comment mettre en jeu, avec l’aide d’objets du quotidien, les récits qui surgissent. On essaie de comprendre quels sont les objets porteurs d’un imaginaire commun, universel, quels sont les objets qui s’imposent, ceux qui permettent d’évoquer le passé, le présent ou le futur. On regarde les scènes jouées par les objets manipulés, avec parfois des sons, parfois des mots. On en fait la matière même de notre création.

Les scènes jouées avec les objets ont souvent une dimension intimiste. Alors, en utilisant des images vidéo, on va essayer d’élargir le cadre, pour le rendre public, voire politique. Parce que ces histoires qu’on raconte ont à voir avec une question politique. Ces histoires, d’exil et de migrations, comment et d’où les regardons-nous ? Qu’acceptons-nous d’y voir ? Que voulons-nous en ignorer ?

IXTLAN

Les créations d’IXTLAN, tissant différents langages théâtraux, parlent de l’aventure de la construction de notre rapport au monde et notre puissance d’action. Depuis quelques années, nous mettons un focus sur le contexte social et politique qui entoure l’individu. La Vallée aux Pommes (2015) - texte, masque et marionnette -, nous a permis d’explorer le thème des enfants dans la guerre en l’articulant avec celui d’une résilience possible. Avec le Projet Défendre la zad (2017) - lecture participative, discussions, vidéo et jeu -, nous nous sommes intéressé.e.s à la violence exercée autour d’un collectif activiste et des réponses qu’elle suscite.