CONSTRUIRE À PARTIR DE L’ÉCRITURE POÉTIQUE ET MUSICALE

DRAMATURGIE DE L’IMAGE PROJETÉE

Stage Dirigé par Marie Girardin, Martina Rodriguez et Awena Burgess Des Anges au Plafond

CONSTRUIRE À PARTIR DE L’ÉCRITURE POÉTIQUE ET MUSICALE

Stage Dirigé par Marie Girardin, Martina Rodriguez et Awena Burgess Des Anges au Plafond

DU 20 AU 24 JANVIER 2020
De 10h à 18h - 5 jours - 35h


Public : Professionnels et amateurs confirmés
Financement : Possibilité de financement AFDAS (ou autre) à titre individuel, pour le tarif nous contacter.
Renseignements et inscriptions : formations@la-nef.org - 01 41 50 07 20

Comment réaliser une séquence animée en rétroprojection alors même que l’image au rétroprojecteur est fixe ? Quels procédés techniques nous permettent de mettre en mouvement cette image arrêtée et en quoi le jeu du- de la marionnettiste permet de choisir le focus et de redonner la sensation du réel ? A partir de ces interrogations, nous explorerons les multiples possibilités de réalisation et de manipulation de l’image retroprojetée.
Nous verrons également comment la musique colore et influence l’image, l’inspire et la fait naître ;
puis enfin comment l’image, la musique et le texte se rencontrent de façon organique, se tissent et permettent de créer une émotion.



Objectif
Ce stage propose de se former à la technique de la rétroprojection, en réalisant des séquences visuelles avec des images rétroprojetées, à partir d’une écriture poétique et en corrélation avec la musique.
La réalisation de la séquence se fera toujours en lien avec le geste marionnettique : les solutions de construction et de manipulation restant toujours intrinsèquement reliées.


Méthode
Dans un premier temps, nous ferons un court laboratoire de recherche afin
d’expérimenter et d’envisager toutes les possibilités de réalisations et de manipulations
d’images rétroprojetées. :

  1. La matière : les éléments de jeu avec lesquels nous allons composer l’image.
    • Les éléments naturels : la terre, le sable, la végétation, la glace, la fumée, etc.
    • Les liquides : l’eau, les huiles, les encres, etc.
    • Les tissus ajourés : la dentelle, le voile d’hivernage, le coton, etc.
    • Les objets : n’importe quel objet du quotidien : une râpe, un ciseau, etc.
    • Les silhouettes : création de silhouette d’ombre, exploration de l’ombre
      inversée.

  2. Le fond : il donne la couleur et le grain de notre composition. Nous pourrons
    utiliser par exemple des filtres colorés, un dessin, une matière, etc.

  3. Le cadre : il définit les limites de l’image, en donne les contours : s’agit-il d’un
    carré, un oeil focus, des fenêtres qui s’ouvrent, un papier qui se déchire?

  4. L’intervention graphique : elle va permettre de personnaliser l’image et
    d’affirmer son esthétique. Elle peut être dessinée entièrement ou redessinée
    partiellement, « grattée » à certains endroits ou recolorisée. Le geste graphique
    pourra être réalisé en direct, ou préparé en amont.

  5. L’enchaînement des images : nous verrons comment emprunter au cinéma les
    procédés de montage d’images pour tenter de les appliquer de façon
    « artisanale » à l’image arrêtée. Nous essaierons précisément de voir comment
    faire apparaître et disparaître une image, en essayant de recréer un flou, un
    fondu, un travelling, une apparition magique, etc.

  6. La surface de projection : afin que l’image reste active et toujours en lien avec
    l’énergie de jeu au plateau, nous nous amuserons à explorer toutes les
    possibilités de surface de projection : écran fixe, mobile, un vêtement qui se
    déploie ou une partie du corps qui révèle l’image…


Nous formerons ensuite des groupes de 3 stagiaires ; chaque groupe aura pour objectif
de composer, construire et manipuler en direct une petite séquence rétroprojetée,
définie à partir d’un texte poétique choisi.
Chaque groupe pourra également prendre en charge, en lien avec les musiciennes, la
création sonore et musicale de la séquence d’un autre groupe.


La matière poétique
Nous nous inspirerons du recueil de poèmes « Les Ronces » de Cécile Coulon, une
écriture contemporaine, qui explore les thèmes de la nature (montagnes et volcans de
l’Auvergne natale de l’auteure), l’amour et la sensualité, la solitude, et le rapport à la
création.
Son écriture à la fois lyrique et très directe, nous a beaucoup touchées ; ses poèmes ont
une forme très originale, entre prose et poésie, entre poème et micro-nouvelle. Ils
témoignent d’un regard sur le quotidien profondément alerte et sensible.
Une riche matière textuelle, à la fois accessible et inspirante pour le travail de l’image en
musique.


La musique/le chant
Nous serons accompagnés l’après midi par une ou deux musiciennes, ce qui nous
permettra de construire organiquement les images et le son et de voir comment les deux
s’influencent mutuellement.
Martina accompagnera les séquences construites par les stagiaires en les sensibilisant
aux différentes manières dont la musique peut colorer les images, avec notamment toute
la richesse du son du violoncelle. Elle approfondira cette expérimentation sonore en
proposant l’utilisation d’objets qui transforment le son de l’instrument (pince à linge,
aiguilles à tricoter, pate à fixer, peigne) jusqu’à l’utilisation d’effets (pédales, logiciel de
transformation du son, etc.)
Awena proposera la mise en place d’un travail vocal, avec des choeurs semi improvisés,
à l’aide d’arrangements très simples et faciles à assimiler, ainsi que des possibilités de
bruitages avec différents matériaux à disposition.
Ce sera l’occasion de s’interroger sur la place de la musique dans la mise en place d’une
séquence visuelle. Est elle un accompagnement, un contraste, un paysage sonore ? Nous
verrons également quel rythme, quel phrasé choisir pour valoriser un texte.

Journée-type

La matinée sera consacrée à la transmission des techniques de rétroprojection et à la
réalisation de séquences animées.
L’après midi sera dédiée à la mise en relation de l’image, du texte et de la musique.