Manufacture d'internet

Afficher les images
Afficher les images
Afficher les images
Afficher les images

Reset

Stage professionnel

Le jeu
masqué

Le masque aux frontières avec la musique, la danse contemporaine et buto

  • 19
    23
    Février 18

Stage professionnel

Le masque aux frontières avec la musique, la danse contemporaine et buto

Du lundi 19 au vendredi 23 février 2018 
De 10h à 18h (5 jours, 35h)

Public : Professionnels du spectacle vivant (marionnettistes, comédiens, musiciens, danseurs,…)
Tarif autofinancement: 570€ ttc, possibilité de paiement fractionné.
Possibilité de financement AFDAS (ou autre) à titre individuel, pour le tarif nous contacter
Renseignements et inscriptions : Amélie Piron formations@la-nef.org - 01 41 50 07 20. Envoyer CV et lettre de motivation avant le 15 janvier 2018. Les dossiers seront traités par ordre d’arrivée.

Le jeu masqué aux frontières avec la musique, la danse contemporaine et buto.

Stage professionnel dirigé par Didier Galas, comédien et metteur en scène. Avec la participation de Makoto Nomura, Kumiko Yabu, Hirokazu Morikawa e Kitamari.

Ce stage est une proposition d’étude du jeu masqué (masques de Commedia dell’arte). Chronologiquement situé dans l’enchaînement de l’enseignement de Kanroku-sensei, maître de nyngyo joruri (nom générique du Bunraku), le souvenir de la marionnette guidera notre rapport au masque.

Notre démarche sera singulièrement placée sous le signe de l’Asie car, pour commencer chaque séance de travail, nous vous proposons une pratique de yoga, afin d’aligner le corps (verticalement, horizontalement et intérieurement) et se connecter au présent. De plus, les quatre assistants (danseurs et musiciens) qui accompagneront Didier Galas pour encadrer et nourrir le travail sont tous des professionnels japonais qui vivent à Tokyo et Kyoto. Chacun d’eux offrira ainsi une découverte de sa discipline (danse contemporaine, Buto et musique). Après le Bunraku, un lien étroit avec le Japon sera donc approfondi, mais cette fois à l’endroit du corps et de la musique contemporaine.
Portés par ces pratiques, nous explorerons comment construire un geste artistique en utilisant le masque. En somme, nous allons travailler sur le jeu : le jeu avec le “je” et le jeu avec la “technique” ; avec toujours, résolument, l’affirmation d’un jeu au présent.

Didier Galas

Après plusieurs résidences en Asie et en Amérique du sud, Didier Galas crée Monnaie de Singes au festival d’Avignon 2000, ce qui l’entraine dans une recherche sur le valet comique : Le petit (H)arlequin (2001) et ses variantes chinoise (2005) et japonaise (2010), puis des versions chorégraphique : Trickster (2011) et musicale : ailoviou (2013).
Il a aussi réalisé des mises en scène à partir des univers littéraires de Cervantès : Quichotte (2005), de Gombrowicz : Trois Cailloux (2008) et La Flèche et le Moineau (2009) ; ainsi que Rabelais : Paroles horricques et dragées perlées (2007), Parlaparole (2012) et Rabelais versus Nostradamus (2014).
En 2014, avec sept artistes japonais, il crée Kotobanohajimari (L’Invention de la Parole) à̀ Kyoto (Japon). La même année, il collabore aussi à̀la mise en scène des 30 ans de la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain.
En 2015-2016, Didier crée La Vérité sur Pinocchio, avec la collaboration de Jean-François Guillon, de Jos Houben et d’Emily Wilson pour la mise en scène. Il participe aussi au festival d’Avignon 2015, pour lequel il a mis en scène avec Valérie Dréville et Grégoire Ingold, La République de Platon d’Alain Badiou, présenté par des habitants d’Avignon et des élèves de l’ERAC (où il enseigne depuis 2003).
Sur la saison 2016/2017, Didier poursuit la diffusion de La Vérité sur Pinocchio, reprend Rabelais versus Nostradamus et crée La Vertu Héroïque à la Scène Thélème ; en qualité d’interprète, il participe aussi à Aganta Kairos, la création de Thierry Poquet et Laurent Mulot. Pour la saison 2018/2019, il prépare le projet Ahmed, une nouvelle création du philosophe Alain Badiou, ainsi qu’un projet sur l’œuvre de Kenneth Goldsmith en collaboration avec François Bon.

Makoto Nomura

Makoto est une porte ouverte sur la musique d’Asie. Il est connu comme l’un des compositeurs japonais les plus novateurs mais aussi comme compositeur contemporain expérimental, pianiste, joueur de mélodies, artiste sonore et professeur de musique. Il collabore à divers projets artistiques au Japon et à l’international (Allemagne, Angleterre, France, Pays-Bas, Indonésie…) et parallèlement, il est professeur invité à l’Université d’Art et de Design de Kyoto (Japon). Spécialités : piano, percussions (particulièrement des percussions asiatiques : Gamelan birman, etc.)

Kumiko Yabu

Kumiko a approfondi l’étude du Gamelan en Indonésie. En tant que percussionniste, elle a joué dans de nombreux festivals internationaux tels que le Festival Ergodos (Irlande), Festival de Buxton (Angleterre), Kontraste festival (Autriche), Aichi Triennale 2010 (Japon), Yogyakarta Festival de Gamelan 2011 (Indonésie), etc. Spécialités : piano, percussions (particulièrement des percussions asiatiques : Gamelan birman, etc.)

Hirokazu Morikawa

Hirokazu a appris le mime et le cirque en France. De retour au Japon, il a travaillé comme danseur avec plusieurs compagnies : Cie Monochrome Circus (Kyoto), MizutoAbura (Japon), Didier Theron (France), etc. Sa danse utilise la puissance instantanée, l’animalité intuitive et l’équilibre du corps par excellence. Artiste et professeur à l’Université des Arts à Tokyo, il a une grande culture de la danse contemporaine asiatique. Spécialités : danse contemporaine asiatique.

Kitamari

Kitamari a commencé à danser sous la direction de la danseuse Masami Yurabe (Kyoto). Elle est régulièrement interprète dans des œuvres de Mika Kurosawa (Japon) et de Kinoshita Kabuki, (Japon). Elle aime traverser sans cesse les limites en s’approchant de la « performance », et en élargissant les possibilités de la danse contemporaine. Elle est passionnée de danse buto (discipline d’avant-garde caractérisée par sa lenteur, sa poésie et son minimalisme). Spécialités : danse buto, danse contemporaine asiatique.