MARIONNETTISTE CORPOREL

Stage dirigé par Claire Heggen

  • Du
    23
    Mars 20
    Au
    02
    Avril 20

Stage dirigé par Claire Heggen

DU 23 MARS AU 2 AVRIL 2020 (SAUF SAMEDI ET DIMANCHE)
De 10h à 17h - 9 jours - 54h


Public : Professionnels du spectacle vivant
Financement : Possibilité de financement AFDAS (ou autre) à titre individuel, pour le tarif nous contacter.
Renseignements et inscriptions : formations@la-nef.org - 01 41 50 07 20

Stage dirigé par Claire Heggen



Qu’est-ce que l’objet m’apprend ? De lui-même ? De moi-même ? Qu’est-ce qu’il me fait faire ? Comment ? Où me guide-t-il ? Qu’est-ce que je fais de lui ? Avec lui ?
Qui manipule qui ? Pour quoi ? Pour qui ?
A la croisée des corps vivants et /ou marionnettiques, ce stage invite à une pratique et un entraînement de l’acteur à une grammaire de la relation corps/objet et aux fondamentaux de l’animation/manipulation en vue d’un dialogue théâtral.
Les outils abordés dans le respect d’une écologie corporelle et d’un apprentissage permanent de l’altérité, favoriseront la subjectivation élargie de l’objet marionnettique et de l’acteur, et la formalisation des métaphores mises en jeu.

PROGRAMME DETAILLE

Ce stage invite à une pratique et un entraînement de l’acteur à une grammaire de la relation corps/objet et aux fondamentaux de l’animation/manipulation.
Il favorise l’approche des corps vivants et /ou marionnettiques dans un souci, à la fois, d’un rapport organisé avec les objets et matériaux utilisés, d’une écologie corporelle, d’une subjectivation élargie de l’acteur et d’un apprentissage permanent de l’altérité.

  • Eprouver les rapports de physicalité réciproque de l’objet et du corps à partir de matériaux et d’objets simples. Se confronter à la gravité, l’inertie. S’engager, prendre des risques, etc)

  • Articuler la relation corps-objet dans le temps et dans l’espace à partir de principes simples (décomposition, recomposition, fixation, « une à la fois », axes, plans, etc)

  • Créer une relation d’objet d’art entre le corps de l’acteur (sujet et objet d’art) et l’objet  (en instance de devenir sujet d’art).

  • Se mettre à l’écoute et au service de la relation réciproque de l’objet et du corps, objet/sujet, présence/absence, au regard d’un spectateur. Jouer à s’absenter et revenir.

  • Développer chez l’acteur une écoute sensible et attentive de ses sens et des sens potentiels qui se dégagent de la relation corps- objet pour favoriser le jeu métaphorique, dans la triangulation acteur-objet-spectateur.


    A partir de différentes explorations et improvisations ludiques, sera proposée la composition d’écritures miniatures mettant en jeu ces relations corps-objet. Elles convieront l’acteur,  à s’engager dans des modes d’énonciation variés, de l’absence à la présence, de la disparition du corps jusqu’à son engagement physique le plus grand, et à cheminer dans des dimensions poétiques, dramatiques et marionnettiques.


    Un travail de mise en jeu/training est fait systématiquement chaque matin ou début de séance par l’installation d’une routine de mise en mouvement et d’éveil du corps ainsi qu’un temps de mémorisation est consacré à l’ intériorisation des principes proposés et vérifier l’évolution des intégrations.


    Lundi 23 mars 2020
    Matin :
    Présentation de chacun et du déroulement du stage.
    Travail avec balle engageant progressivement le corps dans une relation à l’autre et à la notion de service de l’objet par le principe de progressivité . Regard, corps castelet, engagement du corps jusqu’au porté, au bénéfice de la balle.
    Après-midi :
    Travail des appuis. Eveil de la plante. Toucher/ être touché.
    Mise en relation des appuis des pieds sur le sol et appui d’un petit bambou en équilibre sur un doigt. Relation des centres de gravité, déplacements dans l’espace, et description de plans, lignes, spirales, à l’écoute de l’état d’équilibre réciproque du bambou et du corps. Dialogue de bambous.
    Gravité et chute du bambou. Tempo, amplitude, imprévisibilité, accordage à deux.


    Mardi 24 mars 2020
    Matin :
    Mise en jeu progressive de la relation corps/objet à partir du roulement de la balle animée par les doigts d’une main. Agrandissement corporel dans l’espace ainsi que du trajet de la balle. Relation, à la pensée, introduction au regard objectif sur la balle, sur des points dans l’espace. Passage de la balle autour, sous, le corps. Jeu à deux sans appropriation de la balle mais au service de la balle.
    Après-midi :
    Apprentissage de la notion de dégressivité à l’aide de papiers de soie de couleurs.
    Animer la feuille à partir des appuis pour arriver à l’extrêmité du papier. Différence entre toucher et contact. Le « moment » du matériau.


    Mercredi 25 mars 2020
    Matin :
    Le corps au sol, allongé sur le dos. Expérimenter l’enroulement latéral du corps avec les notions de progressivité, dégressivité, centralité. Improvisation musicale et sensible.
    Lignes d’expansion à partir de la main, au sol, debout dans l’espace de la kinésphère et au-delà.
    Après-midi :
    Approche de l’objet feuille sur le sol.
    Explorer différentes qualités de toucher.
    Alterner « toucher et regarder » et écouter le sens qui s’en dégage.
    Expérimenter les notions de proxémie, orientation, hiérarchie, regards (objectif, subjectif, parabase) à l’écoute de variations de sens qu’elles apportent dans la relation à l’objet.


    Jeudi 26 mars 2020
    Matin :
    Jeu métaphorique avec papier de soie blanc.
    Exploration individuelle observée par un témoin. 30 à 40 m.
    Après-midi :
    Composition d’un haïku à partir du même matériau, et des images sélectionnées dans l’improvisation, en 3 images et 30 secondes maximum.
    Jouer sur la chronologie des images et le sens qui en découle.
    Choisir la version finale.
    Visionnements et commentaires. Reprises.
    Rencontres de Haïkus. Nouvelle écriture.


    Vendredi 27 mars 2020
    Matin :
    Exploration à partir de la notion de fixation :
    Mise en jeu du corps avec les principes de toucher, repousser, articulation, « une à la fois », corps castelet.
    Main fixée dans l’espace, déplacement du corps sous la main. Ecoute des effets corporels et sensibles de l’inversion de la relation usuelle de la main sur le corps.
    Après-midi :
    Envisagement de la gravité à partir de matériaux différents : polyanes très légers, éventail, draps de tailles différentes, etc. Accordage du corps à la dynamique et la balistique du matériau puis mimésis dynamique des matériaux par l’acteur en l’absence du matériau, en relation avec les états de corps, de pensée, d’émotions que cela déclenche.


    Lundi 30 mars 2020
    Matin :
    Exploration de la gravité, inertie et chute du corps à partir de niveaux différents. Mise en jeu et explorations multiples, du sensible à la plus grande physicalité, avec drap. Chuter avec, à la suite, du drap.
    Notion de causalité. Jouer avec le matériau drap de manière métaphorique et comme producteur d’états de corps, de la plus grande résistance à son envol.
    Jeu de variations individuelles et relais en trio, circulation du matériau, sans se l’approprier.
    Après-midi :
    Le corps marionnette. Manipulation du corps détendu et inerte de son partenaire, par roulement, glissements successifs. Comment faire avec le poids, la forme, la consistance, les centres de gravité, du corps de l’autre. Ecoute des images, des états, des relations inattendues qui apparaissent au cours de l’exploration. S’y attarder. Mémoriser.
    Transport à plusieurs de corps cristallisés dans une attitude fixe. Tenue tonique du corps. Changer les plans pour déposer le corps sans qu’il se déforme. Observation.
    Jouer entre inertie et cristallisé dans son propre corps.
    Même chose avec marionnette.
    Jouer avec la gravité, le poids, le centre de gravité de la marionnette pour l’animer.


    Mardi 31 mars 2020
    Matin :
    Articuler la relation à trois : deux partenaires plus un bambou tenu entre leurs index respectifs. Notion de service. Que donne-t-on à voir de l’un, de l’autre, du bambou ? Toucher, contact, lignes d’expansion, organisation des corps, progressivité, dégressivité, pauses, géographie physique des corps entrelacés, corps castelet.
    Articuler l’espace, décomposition recomposition. Exploration d’espaces métaphoriques. Fixation, axes et plans de mouvement, trajets, points fixes, hauteurs, trois dimensions, etc.
    Après-midi :
    Le corps marionnettisé.
    Exploration des différents mouvements de la tête. Mouvements simples, combinés. En écoute sensible.
    Dynamisation .Relation à la pensée, aux différents types de regards.
    Travail avec un masque neutre, même chose.
    Même chose avec masque délégué en bout de bras. Expérimenter dans l’espace, regards, intention, engagement, fixation, etc.
    Masque sur le corps. Corps sous le masque.
    Relation aux appuis.


    Mercredi 1 avril 2020
    Matin :
    Exploration des divers principes avec des marionnettes différentes.
    Expérimenter des marionnettes différentes.
    A l’écoute des images apparues dans les explorations, faire le choix d’une marionnette à animer seul ou à plusieurs.
    Après-midi :
    Composer une séquence avec marionnette seul ou à deux.
    Visionnement
    Commentaires.


    Jeudi 2 avril 2020
    Matin :
    Mémoire. Récapitulatif des différentes explorations et mises en jeu du corps abordées durant les 9 jours de stage.
    Revisiter les matériaux à la lumière du parcours accompli, des sensations et perceptions traversées. Comment ça a bougé ?
    Après-midi :
    Rendu final.
    Retour sur l’ensemble du parcours.

    Claire Heggen

    Claire Heggen enseigne en France, à l’Institut International de la Marionnette de Charleville-Mézières depuis 1988, dans les universités Paris III et Paris VIII, au CNFPT lors de stages pour les professeurs de Conservatoires de théâtre, dans des stages préparatoires aux C.E. et D.E. Théâtre, dans les conservatoires d’Art Dramatique d’Arras, Amiens, Tours, Lille, Nantes, Bordeaux, Avignon, Toulouse, à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de la Ville de Paris (ESAD), à Chantiers Nomades, à la Maison du conte, Conservatoire de danse de Toulouse, l’ARIAM IDF (musique), l’INECAT (Art-thérapie), au TJP de Strasbourg, et dans diverses associations.
    A l’étranger, elle enseigne à l’Institut du Théâtre de Barcelone, à la RESAD à Madrid, à l’International Workshop Festival de Londres, au Theater Institut d’Amsterdam aux Pays-Bas, à La Mamma à New-York, au Théâtre Organic à Buenos Aires, au département théâtre de l’Université de Prague, …
    Elle programme avec Yves Marc, les formations du Théâtre du Mouvement, Le corps en scène, ainsi que les stages artistiques de la Ferme de Trielle (Cantal), qu’elle dirige pour certains.
    Elle aime susciter des encontres artistiques et partager des pratiques conjointes avec des complices, comme Alain Gautré pour le bouffon, Raymond Murcia pour la rencontre de l’eutonie et de l’objet, Denise Boulanger pour le duo, Blandine Calais-Germain pour la marche humaine, Vicente Fuentes, Raphaël Lopez Barrantes et Enrique Pardo pour la relation voix/mouvement/texte, Nicole Mossoux pour la danse, etc..
    Elle crée des conférences qu’elle dispense dans des Universités, et divers festivals et lieux théâtraux : Suis-je un objet d’art ?, La marionnette à bras le corps, Les vertus de la marionnette idéale, Le masque neutre à fleur de peau.