Étape de travail

Les creux des cruches (titre provisoire)

Formosae

Nuage

Étape de travail

Formosae

Du 03 au 14 mars 2025

Étape de travail

Compagnie Formosae


Genre : Théâtre de matière et marionnettes
Public : Tout public à partir de 15 ans
Durée : 45 minutes


Représentation jeudi 13 mars à 19h
BILLETTERIE


Site de la compagnie

En résidence du 03 au 14 mars 2025

Les creux des cruches, est un projet qui combine une exploration scénique de la céramique avec le désir d’interroger les notions d’érotisme à travers les théories et pratiques queers, féministes et écologiques. En travaillant à partir des gestes de l’artisanat potier et des métamorphoses de l’argile, nous aimerions contribuer à l’interrogation et au déploiement d’une cartographie érotique des marges.



Ce projet est né de la mise au contact de nos récits et sensibilités intimes avec un atelier de céramique. D’une multitude de questionnements sur nos modèles d’érotismes, nos genres et nos sexualités, avec les formes des pots et des tasses, les chorégraphies gestuelles des artisan.es, et les parcours métamorphiques de l’argile dans l’atelier.

En mettant en commun nos pratiques, nous, Alix (Metteuse en scène, céramiste et scénographe) et Ambre (Actrice-Marionnettiste, poétesse et plasticienne), souhaitons déplacer au théâtre l’atelier de céramique pour questionner, parler, montrer, et rêver l’érotisme. Un érotisme queer, étrange, désanthropocentré, infime et presque insignifiant. Dans cette volonté, l’atelier de céramique et ses composantes (organisation, matières, outils, tour, espace sonore, gestes, rythmes) fonctionne comme une machine analogique . Nous aimerions que la céramique devienne une prothèse onirique, une extension du corps
des acteur·ices et du public. Qu’elle nous laisse entrevoir d’autres modes de caresses, une
amplification des manières de toucher.

Intentions

Dans cette écriture, nous souhaitons nous pencher sur la figure et les récits des contenants, et plus spécifiquement celui de la cruche. Nous nous inspirons ici principalement du travail de l’écrivaine et théoricienne Ursula K. Le Guin, qui dans La théorie fiction-panier, pointe du doigt l’oubli du récipient ( premier artefact culturel humain) dans les récits et l’Histoire, au profit d’une multitude d’objets longs durs, coupant et transperçant.
L’être cruche, insulte sexiste, charrie avec elle le caractère dépréciatif du contenant, du vide, et son association à la passivité in extenso au corps « féminin ».
Nous aimerions retourner et nous réapproprier la figure de la cruche, et dans le même temps, questionner la « passivité » des corps-pénétrés. Et ce, en situant notre érotisme et notre récit du point de vue de la circlusion. Le mot décrivant à peu près le
même processus que celui de pénétration, mais d’une perspective opposée. Pénétration signifie introduire ou insérer. Circlusion signifie entourer, enrober ou enfiler par-dessus.

Notre principal support d’écriture sera le tour de poterie. En déplaçant la pratique et l’objet sur scène, nous chercherons sa dramaturgie organique en relation au corps dansé d’une marionnettiste. Nous aimerions détourner le tour, et en déplaçant sa finalité, en faire un véritable agrès marionnettique et un support d’animation narratif.

L’écriture et le langage seront également présents sous formes poétique, en jouant de la proximité sémantique entre biologie anatomique et vocabulaire céramique, nous aimerions que le langage participe a modifier la cartographie des corps représentés. En déplacer, inventer et multiplier la forme et les organes.

Équipe

Mise en scène :Ambre Meritan et Alix Sulmont

La Compagnie

La compagnie Formosæ· a été fondée en 2021 à l’initiative d’Alix Sulmont, artiste plasticienne et scénographe.
Alix a rassemblé des créateur·ices de différentes disciplines avec l’envie d’effectuer un pas de côté dans sa pratique; de déplacer les matières, les outils et les gestes, de l’atelier à la scène . À plusieurs mains, elles·ils modèlent des récits, à partir de l’argile, du corps, du langage, de la lumière, de l’espace et de la musique. Elles·ils construisent un théâtre laboratoire, profus et étrange autour de l’idée d’alchimie et de métamorphose. Du spectacle de sculptures, à l’installation performée, elles·ils explorent les genres et invitent les spectateur·ices à se rendre attentifs aux (dés)équilibres et aux froissements. La création du Rire des oiseaux, à donné lieu à une première hybridation : un spectacle de céramiques, marionnettes et illusions.
Pour leur nouvelle création, Alix s’associe à Ambre Meritan, marionnettiste, poétesse et plasticienne, dont le travail porte sur les relations scéniques entre matière et langage a la lumière des pensées queer et écologiques.

Productions, Aides et Soutiens

La Nef