Du 13 au 16 avril 2021

LABORATOIRE MASQUE et MARIONNETTE

En partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues

Du 13 au 16 avril 2021

En partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues

MARDI 13 AVRIL 2021 à 15h30 

La figure du Pulcinella : masque ou marionnette ? Par Anastasia et Léandre, compagnie Ueueue

Pulcinella, masque ou marionnette ? Au bout du bras ou au bout du nez, comment le caractère nous possède ? Le rythme du pied qui frappe, de la main qui tape, l’entrée, la sortie, les regards… Où se situe la tradition ? Le Pulcinella est un personnage, « masque » de la commedia dell’arte repris dans le théâtre de marionnettes dès le 17e siècle. Anastasia et Léandre, élèves de Bruno Leone ,maître de la marionnette napolitaine « Guaratelle », viennent ici confronter la pratique du masque et de la marionnette au plateau. L’atelier alternera phases d’observation et de pratique.
Durée : 2h


MERCREDI 14 AVRIL 2021 à 10h30 

Entièrement Peuplée, processus de création Par la compagnie Le Printemps du Machiniste

Les créations d’« Entièrement Peuplée » proposent de créer un lien entre un territoire, ses habitant·e·s, l’écriture d’une mythologie moderne propre à l’espace incarné. Pour cela la compagnie a créé des marionnettes/masques à l’effigie des habitants/personnages en utilisant des techniques d’hydrographie et d’impression en 3D. C’est le processus créatif qui sera expliqué et expérimenté au cours de cet atelier. Les photographies des habitants sont retravaillées de façon à composer un visage déployé ensuite imprimé sur un film hydrographique. Ce support est déposé à la surface de l’eau dans laquelle on vient plonger la tête imprimé en 3D.
Durée : 2h


MERCREDI 14 AVRIL 2021 à 14h

“Musique et masques ; quelle ponctuation”

Par Dominique Bernstein, Edith Lalonger et Marie Donadoni (association des Créateurs de Masques)

La singularité de l’instrument, du masque et de la marionnette amorce un mouvement réciproque. La scène devient un espace commun où se lient les interprètes. Le laboratoire est consacré à la mise en scène de l’instrument théâtral et musical et aux liens entre leurs interprétations.
Le propos est de mettre en lumière certaines notions propres à l’interprétation instrumentale : l’exécution d’une partition, la reprise de souffle, l’écoute du silence, l’engagement entier du corps, le signe et le phrasé…
On peut dire que la colonne vertébrale représente alors la colonne d’air de l’instrument. Il s’agit de faire dialoguer les langages scéniques.
Cet atelier est ouvert aux personnes qui s’intéressent au théâtre de masques, au théâtre de marionnettes et à la musique de scène.
Durée : 3h


JEUDI 15 AVRIL 2021 10h-12h30 puis 14h-16h30

“Bal Masqué”

Par Pablo Guershanik et Rafaela Gordon, Estudio Guershanik
La scène est un espace de rencontre. Des formes diverses, des langages différents convergent sur le plateau créant le triangle nécessaire entre interprétation, scène et public pour donner vie à la fiction.
Le rôle de l’interprète (acteur, danseur, marionnettiste) se transforme au fur et à mesure que les formes esthétiques et narratives évoluent et se métamorphosent. Parfois comme porteur d’un récit qui voyage sur son corps et sa parole, parfois comme un complice du spectateur dans la contemplation de l’action, observateur comme lui du déploiement du rêve.
Lorsqu’il réagit et qu’il se met en second plan afin de permettre l’existence véritable de la matière inerte (masque, marionnette, objet), il crée un espace autre, un troisième espace qui ne demeure ni dans son corps ni chez le spectateur mais dans le territoire de la rencontre commune. Nous aimons appeler cet espace « Espace Masqué ». Pas uniquement parce qu’il contemple la possibilité d’une
théâtralité masquée mais parce que toute une configuration picturale, gestuelle et imagée particulière irradie de cette forme de composition.
Durée : phases de 3h sur l’exploration d’une thématique et phase de 2h30 sur l’expérimentation au plateau

Règles du bal :
Une proposition de thème sera envoyée à chaque artiste / penseur / technicien 15 jours avant le rendezvous publique afin que de leur côté et avec leur outil, ils puissent élaborer une proposition à montrer à plusieurs le jour des retrouvailles.
Il n’y aura pas de répétitions.
Le jour J, les artistes auront un temps donné pour se mettre d’accord et présenter une forme scénique commune. Ce nouvel objet pourra ensuite être débattu par le public et les autres intervenants.